29 août 2007

Grand Slam 2007!





C'est parti! Hier soir, au Lion d'or...

J'ai tout juste le loisir ce matin de dire que les slameurs en demi-finales ont fait preuve de brio, plusieurs ont risqué de nouveaux textes et c'était enlevant! Même que ça déguidinait!

C'est Mario Cholette qui avec un slam «de composition» a monté, monté, monté... jusqu'à la plus haute note de la soirée. Félicitation!

D'autres commentaires et quelques photos meilleures que les miennes à venir...

Mais pour l'heure, avant qu'il ne revête sa «chemise de fille» pour animer la soirée, voici comment Ivy s'y prend pour convaincre un spectateur à devenir juge. Mais les yeux d'oiseaux remarqueront sans doute aussi en arrière plan de la seconde photo - sinon, agrandissez, ne vous gênez pas! -, l'élégance et la beauté, le grand style de la serveuse qui, m'a dit le poète Laverdure, a déjà joué dans un film de Lelouch!

















Photos : jd.

26 août 2007

Interlude forró
















En correspondance avec l'Espagouin, le forró, ce n'est pas simple comme d'ailleurs toutes les tresses touffues de la musique brésilienne. Toujours, on navique dans le chatoyant, tantôt quasi cajun (accordéon, triangle), tantôt jazz de marche de la Nouvelle-Orléans avec force cuivres et deux rangées de percussions, lascif à la country mais picoté d'une flûte de troubadour, tantôt sautillant et très électrique avec du ska bariolé.... Il y a même des soirées de poésie forró si je comprends bien mes sources et j'en perds mon portugais. Claùdio, amigo, qu'est-ce à dire?

Ce que j'ai vu (vu avec mes pieds, mes fesses, par tout ce qui bouge, entraîné en fait par la foule compacte, suante et lâchée lousse au risque constant de se perdre) dans les rues de Recife et d'Olinda, ces villes sont jumelles et collées, au Carnaval 2007, tout m'a absolument charmé et dépassé. Je ne pourrais en rien répéter les motifs abracadabrant des danseurs que j'ai croisés et qui improvisaient ça et là des espèces de gigues twistées sur l'acide!

Ci-joint, d'abord un extrait qui me semble être plus proche de la samba, parfois ça frise le flamenco, mais à partir duquel on reconnaît bien le roulant du forró (quelque chose comme ta ta ta tatam-ta...), ce que je crois être une des lignes rythmiques de base. Mais ceci dit, je suis peut-être perdu dans la canne à sucre.

Les musiciens sont de Recife et le clip date de 2006.

Dans l'autre extrait, on a idée des processions sans fin et qui s'emberlificotent au carrefour, sueur en sus, dans les rues pavées et pentues (Olinda veut dire colline). Sous un soleil de plomb, j'étais dans la procession des marionnettes géantes que l'on voit dans le clip où le forró emprunte soudain l'air de Happy birthday to you...


Photos : Claùdio et jd, mars 2007.

24 août 2007

Orientation par les têtes grenues
















Les murs de pierres si gris,
parfois lichés de vert
semblent parler une langue
incroquable
avec un écrit de barbara, une mécanique
venue du fond du ventre de la terre

Parfois tachetées de brillants d'or,
les petra murmurent au soleil
et ne fendent pas tant que cela
sous les morsures allongées de l'hiver
car filles de vent et de l'eau,
elles ont la mémoire du feu

Sous chacune des prunes d'étoiles entassées là,
coagulées pour des siècles de frontières,
il y a une cuisse, un bras qui s'est dépensé,
une main s'est frottée à la tête dure
de ces dormeuses de vals courts

C'est qu'il faut bien naître en quelque part
et l'homme ressemble au cheval de trait.
Il faut tasser l'ancien temps de magma,
faire de la place au jardin, à la prairie,
semer cailloux, choux, hiboux...

En somme, toujours la sculpture est là...

Voyez!

Les murs de pierres si gris
avec ses osselets, ses vieux piquets,
ses broches de rouille de naguère
laissent parfois des traces
intangibles
de tendresse

un bras cassé,
une main droite ouverte, veinée
pointant vers le ciel,
c'est-à-dire vers le sud.


Photo : jd, Béthanie, canton d'Ely.

20 août 2007

Max Roach, batteur, R.I.P.



Puis Max, Abbey (une de mes chanteuses favorites) et d'autres. Excellent morceau!



Puis, j'en charge un autre, pas certain de l'excellent personnel qu'on trouve sur cette pièce qui drive plus que dans le way, queurnotte en l'air...

16 août 2007

Du fond du Blues Clair



Pendant qu'on se les gelait, je suis descendu par un soir vide après mes cours au Blues Clair.  Gurrie et moi nous y retrouvions parfois. Le temps d'une petite bière assis au bar qui était dégarni où je crois ce soir-là avoir vu à mes côtés un fantôme du nom de Gilbert embué de tristesse. 

Photo jd
En quittant l’endroit, j'ai piqué cette affiche qui était dans le portique... C'était à l'hiver de 1982, mais un peu après le récital de poésie annoncé que je n'ai donc pas vu, hélas.

On notera sur l'affiche comme une parenté, un passage, quelque chose comme de l'altitude dans les sillons québécois. C'est le titre tout d'abord, les Promotions (et non les « productions ») de l'Échelle à l'Étoile. 

 C'est le dessin aussi qui rappelle le plaisir que nous avions à suivre à la radio les Décrocheurs d'Étoiles de Michel Garneau.

Que vienne, se réinvente, se catalyse, se métamorphose ce troupeau toujours intensément  Bisons Ravis pour pacager dans nos rêves saccagés. Absolument!



15 août 2007

Rentrée littéraire : le Grand Slam!


















Je relaie l'info communiquée aujourd'hui par les Producions INTY :

GRAND SLAM 2007 de la LIQS (ligue québécoise de Slam)

Au Lion d’or

Demi-finales : 28 août et 04 sept, 20h00

Entrée : 8 $

En lice le 28 août

Mario Cholette, Maybe Watson, Violaine Forest, Jean-Sébastien Larouche, Tristan Malavoy-Racine, Sébastien Boulanger Gagnon, Jocelyn Thouin, Mathieu Arsenault

En lice le 4 septembre
Khyro, Danny Plourde, Pierre Boudreau, Séba, Queen Ka, Rose Élicéry, Carl Bessette, Monk.e

Ne manquez pas le premier grand slam Québécois qui regroupe les gagnants et les finalistes des soirées de Slam poésie tenues tout au long de l’année à l’O Patro Vys dans le cadre de la LIQS.

Qu’est-ce que le Grand Slam ? C’est l’événement le plus couru, car il regroupe non seulement les participants des soirées locales, mais aussi ceux des autres villes. Les demi-finales seront à l’affiche les 28 août et 04 septembre. La finale montréalaise ainsi que la nationale auront lieu respectivement les 16 et 18 septembre dans le cadre du F.I.L.

Marc Smith, le créateur du slam à Chicago, sera parmi nous le 18 septembre pour inaugurer ce premier grand slam québécois.

Pour les demi-finales :

28 août Demi-finales de Slamontréal, Lion d’or. Artiste invitée : Nathalie Lessard.

04 septembre Demi-finales de Slamontréal, Lion d’or. Artistes invitées : le duo Mankind formé de D.Kimm et Alexis O’Hara.


Rappelons que les participants auront 3 minutes (chrono en main) sans aucun accessoire pour convaincre un jury formé de 5 personnes choisies au hasard parmi le public que leur interprétation est la plus convaincante.


Notre DJ Paolo Tofu soutiendra Ivy pendant son animation et donnera le ton à la soirée.

Au pointage, le jubilant Bertrand Laverdure.

Comme d’habitude, les projections d’ATTIC VISUAL agrémenteront l’espace visuel. (...)

Une coproduction Slamontréal, Les Productions INTY et le Festival International de Littérature.


Photo: jd.



_____________________________________________________________

14 août 2007

Carnets pelés 1 - Triste cynique


Il me manque sur Train de nuit les premiers
Carnets pelés entamés sur Libre Salmigondis, mon ex.

Je reprends d'abord ici le premier de la série, publié il y a tout juste un an, avec quelques ajouts et corrections mineures. Je copie-colle aussi les commentaires!

Vendredi 11 août 2006

CARNETS PELÉS - 1

Je débute ici une nouvelle série de textes tirés de mes fidèles carnets «pupitre clairefontaine». Carnets pelés, ou le plaisir de grimper puis descendre pelle-mêle les barreaux du temps. Après tout, on est pas en prison!
***
4 janvier 1998
Figurer l'acte d'écrire au présent, écrire avec une telle concentration que seul l'enchaînement heureux des mots provoque la nécessité.

Là-dessus, je croise à nouveau Pauline Harvey qui dit adorer écrire toute la journée pour le simple plaisir de réfléchir (propos entendus à une émission littéraire, à la radio, en 1993). Quand on lui demande ce qu'elle fait dans la vie, elle ne dit pas «écrivain», elle préfère dire : je tricote!

11 août 2006
Où es-tu Pauline? Vas-tu nous montrer bientôt ton dernier tricot? Une revanche pour Berri?

4 janvier 1998
J'ai syntonisé un spécial Paysages littéraires sur Faulkner. Un autre piqué jusqu'à l'os. Son génie éclate à la Nouvelle-Orléans où il s'établit en 1922. Il écrivait partout, tout le temps. Il a forgé son pays en ses propres mots.

De l'écriture sort la réflexion.

11 août 2006
De même, l'action précède la pensée (vieil adage existentialiste).

Lu aujourd'hui ceci : "Words are not the end of thought, they are where it begins" (Jane Hirshfield, After).

27 mars 1998
Jardin du Complexe Guy-Favreau. Vent, soleil, oiseaux. On a fixé l'identification «Samothrace» à la sculpture de Vaillancourt qui était portée disparue depuis un bout.

Je pense à mon texte l'Épouvantail fait pour Michel Garneau. Épouvantail : machine à geiner.

Il est 15h30 et les oiseaux s'énervent. Je m'adosse contre la coque du beau bateau d'acier noir pour écrire. J'adore cette sculpture rude, massive, victorieuse. Elle est enjolivée de fils d'araignée qui ont passé l'hiver avec, ma foi.

Fil. J'aime imaginer les plages de temps réservées à écrire. Écrire dehors. Avec un peu de vif dans le crayon. Délicatesse et virilité. Broches à tricoter avec quelques bons coups de marteau! La rencontre d'un parapluie sur une machine à coudre...

Dans la similitude des jours passent l'intériorité et les accents graves de la vie ordinaire. On pense que tout se ressemble? Pourquoi avoir tant besoin des mots alors? Pour radoter? S'en faire accroire? Les mots oiseaux des printemps nouveaux... Pourquoi cette échappée sur nos lèvres? L'exclamation? Le silence. Le rêve? L'épouvantail au fond du jardin?

16 avril 1998
Jardin de Guy-Favreau. Ma grande fatigue se porte bien.

2 juin 1998
Michel Garneau lit L'Épouvantail aux Décrocheurs d'étoiles. J'ai raté l'émission. «Maudits mots de cristal / qui perdent la boule / avec la peine dévissée par ma griffe!» (Début de l'Épouvantail)

16 juillet 2003
Le Musée canadien des civilisations accueille aujourd’hui pour la première fois une sculpture du réputé artiste Armand Vaillancourt. Intitulée Samothrace, cette imposante sculpture en acier de près de trois mètres et de plus de 3 tonnes a été créée en 1967.

Câlice! J'ai perdu mon chum du jardin de Guy-Favreau. Perdu mon dossier pour écrire! Une des plus belles oeuvres publiques de Montréal s'envole vers Ottawa. Et je suis tout fin seul à crier au meurtre!*

*Pour une illustration de l'oeuvre, voir mon entrée Salmigondis
du 9/04/07.

par Jacky boy | le 2006-08-11 23:15:39



04 août 2007

Rougerie du mois doux






Parti au lac Nominingue*
chercher de la craie rouge
entre les craques des roches
pour faire pédaler mes vacances,
pour rire dans ma barbe...
(en aurai-je seulement un jour?),
pour prendre quelques livres
avec mes lèvres en plein air.












* signifierait «peinture rouge» en iroquois, «lac vermillon» en algonquin.

Photo du liseur au lac : Vincent Mimier.