02 mai 2007

Slam libre au Vys


Du rapido car je suis pris dans l'engrenâge de la maudite machine made in Chiquita. J'ai trois minutes pour déshabiller mes propos. Go!

Photo Marc-André Delorme
Sur la scène «officielle» du slam libre, je retiens parmi les performances d'hier la finesse du monologue de Mathieu Lippé (son tout ou rien),la sagacité d'Ivy dont les slam virent à la vie rien que sur une gosse, l'audace d'écriture de Mario Cholette qui a été à mes yeux remarquable, envoûtant et humble à la fois, la forme splendide de Fédérique Marleau, le surprenant coup de théâtre de Queen K et Carl Bessette dans un duo langagier ordurier de grande classe, en stéréo à part de ça. Et j'en passe, me reste juste une minute et demie!

Sitôt les micros ouverts au peuple des slameurs, en deuxième partie de la deuxième partie!, ce fut la grande filée en attente... Il y a un tel appétit! Une analyse sociologique s'impose. Sans blague, il y a un besoin de parler publiquement. Le slam touche là un filon plus complexe qu'on ne le croit, je crois.

Un mot seulement, faute de temps. On a revu avec plaisir Félix faire le récit émouvant d'un dialogue ultime dédié à un ami fauché par la mort. Vraiment très bon. Puis à la toute fin, en joyeux délurés, Danny Plourde et Maxime Catellier ont tiré les derniers atouts de coeur.

Entre la fin et le commencement de la soirée, je remarque, mais ce n'est pas un jugement moral, qu'il y a beaucoup de darkerie dans le brassage de mots exprimés par les bonnes gens. Dans le fond, j'ignore pourquoi c'est faire il y a autant de tristesse pas tout à fait blues dans les yeux de mes contemporains.
C'est qu'au delà des brûlures persiste l'envie d'être renversé par la poésie...

Elle m'avironne
ton ouvrière de chair darde
ta louve langue,
orignal
gilboulée grouillante
en des îles d'air et d'eau danse
gigue juronnante
barde


En terminant, la photo du haut, gracieuseté de Marc-André Delorme, montre les deux rares spectateurs spectraux à ne pas avoir monté sur la scène du Vys hier au soir! Avoir ou être monté? Watch out!

7 commentaires:

Mario Cholette a dit...

Tu blogues plus vite que ton ombre ! En tout cas, tu blogues plus vite que moi !
Merci pour le bon commentaire.
Je suis chanceux que ma poésie s'adapte bien au slam.
Toi, ça te tenterait pas ? Un slam d'influence Jazz ? (il y en a un en France qui le fait, il se nomme Le Robert)
Salut et je te souhaite une bonne journée.

carOlinade a dit...

Exquis trois minutes! Yes!
et j'adore cette question...
laissée en suspend faute de temps...
Une analyse sociologique s'impose. Sans blague, il y a un besoin de parler publiquement. Le slam touche là un filon plus complexe qu'on ne le croit, je crois.
à suivre...
nous slamons
vous slamez
ils slam'heurt
tu ne vous il te pas pourquoi je slam les mots darkerie ...
à bientôt
Karo

Jack a dit...

Mario, man, ça me tente si tant est qu'à la première occasion, je vais jazzer avec les stars du slam! Sans blague, j'aurais monté l'autre soir n'eût été de la masse. Faut quand même pas assommer le public! Le premier slam que tu as fait et qui est comme un engin, est-il trouvable sur ton site poésie?

Karo, si le décalage horaire ne te fait pas trop pououah dans tes pronoms personnels (tu ne vous ils elles), je crois qu'il y aura une dernière soirée slam le 15. J'espère y être malgré un temps de pieuvres affamées autour de ma tête. Et tu imagines bien que ma tête n'est pas celle de Normande St-Onge.

carOlinade a dit...

POauahahhahahahahhahahah
re paouahahhahahah
à peut-être au 15 alors.
toi tes pieuvres
moi mon décalage...

jack a dit...

J'ai vérifié : prochain slam le 14 mai.

agathe a dit...

yep yep yep,
Je suis de passage à Montréal fin mai, et je serais heureuse de participer à quelques scènes slam montréalaise...

donc si tu avais des adresses, des plans pour slamer ??!!

joyeuse journée.

Agathe /// a4plus@hotmail.com

jack a dit...

Agathe, bienvenue! Je vous rejoindrai perso.