12 novembre 2007

Ce soir on slame!




Le blogue officiel de la LIQS est du côté de chez Mario Cholette qui propage également les nouvelles des scènes slam en plein bourgeonnement en ce moment à Montréal.

Ivy, l'animateur des soirées slam qui y met toujours tout son slâme, a également annoncé le lancement prochain d'une nouvelle antenne, d'un nouveau média. C'est à suivre.

Train de nuit pour sa part est simplement la voix off du slam à Montréal. De fois en fois, et ce depuis avant même les rencontres au St-Ciboire, partager quelques flammèches des joutes avec la poésie qui se mêle de tout cela, c'est vraiment mon plaisir. Aussi longtemps que ça adonnera...

Ce soir j'étais accompagné par Noémie, ma fille qui a 20 ans. Oui, madame, que le temps passe vite! C'était son baptême du slam. Elle a quelque peu hésité avant d'accepter d'être juge. Je la comprends. Je l'ai été moi aussi... Et j'ai déjà été jugé!


Plusieurs slameurs entendus lors du slam session de la fin octobre sont remontés sur scène ce soir.

C'est le cas de Marie Marine dont j'aime beaucoup, en passant, son Héritage Humain, l'album de chansons qu'elle a lancé plus tôt ce printemps.


Paolo Tofu, le DJ attitré des soirées slam qui a un peu du Père Ubu en lui, a récidivé en délaissant sa boîte à musique pour s'exécuter sur scène. «J'étais très nerveux», m'a-t-il confié. Il a fini bon troisième.


La conteuse Isabelle St-Pierre était très heureuse de gravir l'échelon de la deuxième position. Elle vient toujours nous livrer de très beaux textes avec des mots sensibles, parfois crus, qui nous font sortir en ville avec un accent de racines et de bicyclette au vent. Noémie, grande lectrice, a beaucoup apprécié.


Enfin, le J.F. du slam session s'appelle en vrai Jean-François Nadeau (photo du haut). Il s'est mérité une pluie de 9,0 et plus. Il a refait le coup en nous plongeant dans une grenouillère d'ambiances et quelques balafres pour rire. Parfois jaune. On en ressort toujours de bonne humeur. La première position lui revenait, c'était indubitable, comme l'a souligné Ivy. À l'intermission, nous avons échangé un peu. Très très sympa. J'oserais qualifier son écriture de néo-surréaliste trempée dans le Rhum-Grillet pour la maniaquerie des détails, un peu punkée sur les bords avec un oeil ouvert du côté de l'amour malgré tout, et avec des chutes qui nous laissent une grande baie dans la tête. Ce jeune acteur a décidément des talents d'auteur.

Mentionnons enfin ceci de très important. À la barre du calcul de l'amour infinitésimal des pointages qui revolent par-dessus la crinière des slameurs, il y a Mario Cholette que l'on voit à l'œuvre concentré, le dos un peu envoûté, dret icitte!


Belle soirée avec aussi et entre autres, M.O. Gasse, Fabrice Koffy, originaire de la Côte d'Ivoire, Strofka, oiseau-poète de passage à Montréal et Yvon Jean.

Photos : jd

6 commentaires:

Nina louVe a dit...

ma bagnole n'a plus de salive... plus de pétrole, plus de gaz. pas pu aller virer au Patro Vys. ZzZz!

Les échos ?

strofka a dit...

je pourrai dire : j'y étais.

:)

Jack a dit...

Nina + Jose, foi de Céline, faudra venir d'Oka en kayak, bout de slam!

Jack a dit...

Strof, tu y étais en chair et en voix.

Nina louVe a dit...

à Strofka, oiseau poète : tu sais que tu compte un grand admirateur ? Ici : http://boronali.blogspot.com/

H a dit...

Je te suis sur ton blog religieusement et ce matin, au fil de mes lectures j'ai fait un lien avec mon vécu. Milan Kundera écrit dans l'Insoutenable légèreté de l'être: Il semble qu'il existe dans le cerveau une zone tout à fait spécifique qu'on pourrait appeler la mémoire poétique et qui enregistre ce qui nous a charmés,ce qui nous a émus, ce qui donne à notre vie sa beauté. Je crois avoir reçu cette mémoire en héritage d'Anna, de ma tante Simone et je la partage avec toi quand je lis ton blog, j'y retrouve des bribes de cette beauté, je la retrouve aussi dans les yeux de la belle Noémie.

Bonne journée,