27 juin 2016

Philippe Soupault vu par Bertrand Tavernier


Merci à Normand Baillargeon d'avoir partagé sur sa page FB ce document majeur qui date de 1982 avec Soupault. Dès les premières minutes de l'entretien, il est rappelé que l'impulsion des jeunes poètes de l'époque (Soupault, Breton, Aragon...) à créer le mouvement du surréalisme est liée au dégoût profond de la boucherie de 14-18. « Le surréalisme est né de la guerre », nous dit avec justesse le témoin Philippe Soupault. 

Le premier texte qui ouvre la fenêtre du surréalisme a été Les champs magnétiques dans les premières tranches ont paru dans la revue Littérature en 1919.

En passant, il s'adonne que la même année où été réalisée cette entrevue de fond avec Soupault, soit 1982, le manuscrit original des premières campagnes d'écriture des Champs magnétiques a été retrouvé. Tout comme le rouleau de On the road de Kerouac qui ne s'est pas terminé d'une seule flippe en 15 jours, il s'avère que ce texte fondateur du surréalisme a bénéficié de corrections, de reformulations et d'un travail scriptural. Comme le souligne Stéphanie Parent dans un article d'un cahier Figura (2001), ce paradoxe de l'écriture automatique n'enlève rien au labourage essentiel, au bardassage inouï de l'écriture («pépites d'inépuisable subversion» pour dire comme Paul Chamberland) provoqué par ces écrivains du début du XXe.




Aucun commentaire: