23 mars 2007

Orford, triste anniversaire!


Ce matin, en écoutant de nouveau Malandragem de Cassia Eller, j'ai fait deux pas de danse, une steppette et une tourniquette croisée à double chevilles... Cela veut dire que mon genoux fêlé du Brésil est pas mal rétablit. Mais je ne coure pas encore mon kilomètre quotidien, ma bédaine est à risque et il est exclu que j'aille faire du ski à Orford s't'année.

N'empêche que j'ai acheté des billets pour ma blonde et que mon coeur est tout là. Y compris avec la manif - triste anniversaire - de ce dimanche à midi, devant l'Hôtel de ville d'Orford. Ce qui a fait chialer les libéreux du coin à cause de la proximité du scrutin! Il reste une couple de crétins dans ce parti-là qui ne comprennent toujours pas la portée de l'odieuse privatisation partielle du Parc National d'Orford qui est de bord en bord politique. Or, pas un seul député libéral sortant de la région, soit Monique Gagnon Tremblay la «marraine», plutôt la mauvaise fée de l'Estrie, l'ineffable emberlificoté Pierre Reid, de même que l'avocat de province Jean Charest lui-même, aucun d'eux ne mérite un siège à l'Assemblée Nationale. Et il faut bien dire ce qui est : André Boisclair du P.Q. s'est engagé à défuntiser la loi qui fut passée pour les petits gros amis de Magog, incluant l'avancement personnel de Claude Béchard.

Voilà, c'est dit.

4 commentaires:

carOlinade a dit...

Voilà... til'â dis!
merci!

Maudite marde de Charue, Charette...
Au fait, est-ce que "libérez-nous des libéraux" passe à la radio ces temps-ci?

gmc a dit...

pour le plaisir, jack:

http://gmc.podomatic.com/entry/2007-03-24T14_50_45-07_00

alo a dit...

salut jack , je suis venu voir s'il restait un peu de syrup d'érable de l'hivers , c'est quand la récolte ?
o fait ,nina m'a dit que vous sauriez me dire qui lire pour découvrir la poésie canadienne , même anglaise d'ailleurs , pourquoi pas , ah j'ai dit une hérésie ! bon pas anglaise , amlors , à part Miron que je vénère , et d'autre que je connais déja qui ?!
je m'installe dans la cuisine , et je lis ce qui traine dans les coins , , à bientot
Lambert

Jack a dit...

J'ai entaillé hier trois érables, accroché quatre boquettes et le chant du goutte à goutte était tout de go dru et doux à mes oreilles rurales. En moins de deux heures, j'ai amassé deux litres d'eau. Mon rituel printanier est sauf.

Comme dirait Raoul Duguay, qu'on peut ranger parmi les poètes, Allô Allô, Allô Tout le Monde, Allô Alo!

Aucune espèce d'hérésie pour moi sur la colline poésie. Le plus grand de tous au Québec, c'est peut-être Leonard Cohen,finement traduit par Michel Garneau.

À date, ça nous fait déjà trois noms de poètes!

Aussi, parmi les senior, j'ai croisé déjà avec plaisir Denise Boucher, une douce bariolée de combats, de poésie arabe... Elle publie ces jours-ci chez Lemeac une autobiographie sans doute importante (j'ai entendu des extraits de son journal à la radio) pour comprendre le Québec de la Révolution tranquille, celui qui immergea dans le brouhaha des arts libres. Le titre : Voyelle. (Le féminin de Voyou!)

Deux inoubliables oubliés aux tatouages de lesbienne d'acid : Josée Yvon et Denis Vanier. Décédés tous les deux, il sont repérables dans le catalogue des Écrits des Forges, éditeur phare où l'on retrouve les meilleures plumes du Québec. Idem aux Éditions de l'Hexgone (fondés par Miron et ses complices). Les plus jeunes se retrouvent aux Éditions Poètes de Brousse. Et je n'ai rien dit de Michael La Chance (poète majeur),Pierre Nepveu, Paul Chamberland, Nicole Brassard, Jean Royer, feu Langevin, feu Godin, de feu Michel ven Schendel...

Je n'ai rien dit des revues comme :

Exit : http://www.exit-poesie.com/

L'inconvénient : http://inconvenient.ca/texte_web.shtml

Jet d'encre : http://www.pages.usherbrooke.ca/jet_dencre/

Lèvres urbaines : http://www.ecritsdesforges.com/2004/levresurbaines37.shtml

Liberté : http://www.revueliberte.ca/

Moebus :
http://www.triptyque.qc.ca/f-moebius.html

Steak haché : http://www.bibliopolis.net/steakhache/

Pour la couleur d'ensemble, il est peut-être utile d'avoir un panorama très large. Parmi plusieurs autres, il y a l'Anthologie de Mailhot et Nepveu , La poésie québécoise, Typo, 1996.

Mais ce ne sont là que quelques bribes qui me viennent spontanément... J'ai l'impression d'être njuste envers tout ceux que je ne nomme pas. Faudrait y revenir. Régulièrement. Bienvenu, Alo. J'ai lu un peu ce que vous faites et c'est de la vrai belle poésie. A+